RADIO COURTOISIE

BULLETIN DE REINFORMATION DU 29 NOVEMBRE 2019

Rédigé le 29/11/2019
Carl Hubert

Bulletin de réinformation proposé par Erika Gauthier, Solveig Grieg et Aliénor Lagardère

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

GRANDS TITRES


► Le gouvernement se mobilise à l’approche d’une grève interprofessionnelle soutenue massivement par les Français

À l’origine de celle-ci se trouve la future réforme des retraites, visant notamment à unir sous un même système universel de retraite les 42 différents régimes existants. Cette loi, qui sera présentée au parlement début 2020, a fait surgir de nombreuses protestations. Tout d’abord les corps de métier disposant d’un régime autonome efficace et même parfois bénéficiaire reprochent en substance à l’État de vouloir s’approprier leurs réserves pour compenser son propre système déficitaire. Au delà des catégories spécifiques de travailleurs le nouveau système dans son ensemble est vertement critiqué, surtout pour les nombreuses zones d’ombre qui l’entourent.

Alors qu’une mobilisation sociale considérable s’annonce le 5 décembre prochain, depuis plusieurs semaines le gouvernement a engagé une communication visant à réduire l’ampleur de ce mouvement.

Emmanuel Macron est monté au front plus tôt, afin de défendre cette réforme faisant partie de ses promesses de campagne. Il a tenté de qualifier cette grogne de corporatiste et limitée à quelques catégories de privilégiés et de conservateurs.

Malgré tout les rangs des futurs manifestants ne font que grossir. Les syndicats de la SNCF ont été rejoints par leurs homologues des transports aériens et de la RATP, mais aussi les avocats et les enseignants. Par ailleurs le secteur privé serait également impacté, les principaux syndicats ayant soutenu la mobilisation. 

Qui plus est l’opinion publique, initialement opposée à cette grève, a évolué, puisqu’à présent selon un sondage publié hier deux tiers des Français jugent cette grève justifiée.

Le gouvernement est pourtant monté à nouveau au créneau par la personne d’Edouard Philippe pour endiguer la mobilisation. Celui-ci a ainsi annoncé mercredi que cette réforme pourrait être restreinte afin de ne pas impacter les plus vieilles générations de travailleurs, mais uniquement celles étant à plus de 10 ou 15 ans de leur retraite. Cette proposition dans la ligne droite de la stratégie gouvernementale habituelle du compromis restant non formelle, il est peu probable qu’elle mette un frein à la mobilisation de la semaine prochaine. Attendons nous donc à voir une nouvelle fois les Français protester contre une des mesures à venir du gouvernement.

► Les États-Unis apportent leur soutien officiel à Hong-Kong

Depuis plusieurs mois, Hong-Kong s’enlise dans une quasi-guerre civile, opposant des manifestants pro-démocrates de plus en plus violents aux forces de l’ordre et à l’exécutif hongkongais, auxiliaires de Pékin dans la mégalopole. Donald Trump a accepté hier, pressé par le congrès, de promulguer le « HongKong human rights and democracy Act », qui permet officiellement à Washington d’intervenir dans la crise.

Mais précisément, que permet cette loi ?

Pour le ministre des Affaires étrangères chinois, cette loi est une « ingérence grave dans les affaires intérieures de la Chine et viole gravement les principes fondamentaux du droit international», la qualifiant même de « complot ». En effet, le département d’État américain se permet désormais chaque année de rendre un rapport aux différentes chambres américaines pour mesurer l’évolution des droits de l’homme dans la ville. En cas de restriction de ces libertés dans l’ancienne colonie britannique qui, bénéficie d’un statut particulier au sein de la Chine, Washington se réservera le droit de supprimer tous les avantages commerciaux qui les lient à Hong-Kong, place pourtant centrale dans le commerce pékinois.

Mais pourquoi cette décision n’intervient que maintenant ?

Il y a quelques jours, des élections législatives ont eu lieu dans la mégalopole, d’importances mineures certes mais qui affirment le triomphe des partisans de la démocratie, qui raflent près de 388 sièges sur les 455 existants dans le conseil des districts. Malgré tout, la chef de l’exécutif de la ville, nommée par Pékin, Carrie Lam, refuse toujours de négocier avec les manifestants, notamment sur leur volonté d’imposer le suffrage universel à Hong-Kong. De plus, Donald Trump, toujours empêtré dans des possibles affaires de destitution, a trouvé un bon moyen de rallier démocrates comme républicains, les deux partis ayant votés à l’unanimité la proposition de cette loi.

Cette loi ne doit pas aider aux rapprochements sino-américain

Non effectivement, surtout que les deux présidents étaient en pleine négociations quant à la fin de la guerre commerciale qu’ils s’étaient lancée. Donald Trump, qui a toujours soutenu une ligne non-interventionniste dans les relations internationales, se trouve dans une situation délicate : il doit à la fois rassurer son homologue Xi Jinping sur cette ingérence américaine, tout en faisant plaisir au corps législatif de son pays !

BRÈVES DE FRANCE


► Attaque lors d’une soirée du magazine l’Étudiant Libre

La revue l’étudiant Libre, développée par différentes universités vendéennes, dont l’ICES, a été victime d’une attaque antifasciste, lors d’une soirée de présentation dans un bar Rennais.

Plusieurs minutes après des jets de bouteilles et de verres, les tables et les chaises ont été empilées pour bloquer l’entrée. Un étudiant s’est fait brûler l’œil par une projection de substance chimique. « Il aurait pu perdre la vue s’il n’avait pas eu de lunettes », s’indigne Guy Alexandre Le Roux, organisateur et rédacteur pour l’Étudiant Libre. L’attaque a été préméditée sur un groupe Facebook.

► Le chiffre du jour concerne le Front national

11,6 millions, c’est le montant des dommages et intérêts demandés par l’avocat de l’État, seule partie civile au procès. Le procès du Front national a débuté au début du mois. Le parti est accusé d’avoir obtenu des remboursements de kits de campagne surévalués. Se succédant à la barre, les prévenus, dont le comptable Nicolas Crochet, l’élu francilien Axel Loustau et Olivier Duguet, ont défendu en bloc la légalité du système, faisant valoir que la Commission des comptes de campagne (CNCCFP) avait approuvé les comptes des candidats.

► Le président Macron répond positivement à la proposition d’un moratoire de Poutine

Dans une lettre adressée au président Vladimir Poutine, le président français s’est montré favorable à un moratoire sur le déploiement de missiles de portés intermédiaires sur le territoire européen, selon le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung . Ce moratoire intervient après le retrait américain du traité bilatéral sur les forces nucléaires à portée intermédiaire le 2 août 2019. La Russie redoutait le déploiement de missiles américains sur le territoire européen.

► Ce 29 novembre, nous avons deux éphémérides

Le 29 novembre 1226 marquait le jour du couronnement de Louis IX dit le prud’homme mais surtout Saint Louis.Il fut roi bâtisseur, notamment de la splendide Sainte Chapelle, un homme politique avisé qui parvint à étendre son royaume, et un roi pieux. Il part deux fois en croisade et il y meurt en 1270. Son corps fut ramené en France mais son cœur demeure dans la cathédrale de Monreale en Sicile.

Le 20 novembre 1314 disparaissait Philippe IV le Bel. Roi de France particulièrement puissant et important, son règne est marqué par la dissolution de l’ordre des templiers. Lors de l’exécution de son grand maître Jacques de Molay celui ci maudit la lignée des rois de France et affirme que le roi mourra dans l’année. Le roi Philippe et ses trois fils régneront sans avoir d’héritier mâle ce qui déclenchera la guerre de cent ans. 

► La phrase du jour est d’Eric Zemmour

Le Pape est idéologiquement et stratégiquement un homme de gauche qui prépare l’islamisation de l’Europe

a t-il déclaré sur le média CNews, réagissant sur le pape et le nucléaire face à Odon Vallet, historien des religions, notamment administrateur de la société des lecteurs du journal Le Monde.

NOUVELLES DU MONDE


► Quatre volontaires pompiers d’une ONG brésilienne arrêtés pour avoir mis le feu afin d’obtenir des financements

En Amazonie, la police a arrêté quatre volontaires venus prêter main forte aux pompiers dans la lutte contre les feux de forêt du mois d’août. Ils sont accusés d’avoir eux-mêmes mis le feu à la forêt dans l’état de Para afin d’obtenir des financements internationaux. L’opération de communication a été fructueuse, puisqu’elle a permis à l’ONG d’obtenir un contrat avec WWF, qui a elle même récolté de multiples dons à leur avantage, dont un demi million de dollars de l’acteur Leonardo DiCaprio.

► L’Ukraine à l’assaut des legs communistes

Au nom de la lutte contre le communisme, Kiev s’attaque aux derniers acquis sociaux issus de l’URSS. Cette décision s’ajoute au changement du nom des rue et à l’enlèvement des statues de Lénine et des dirigeants bolcheviques. Le ministre ukrainien du Développement économique, du Commerce et de l’Agriculture, Timofei Milovanov, a publié un communiqué sur le réseau social Facebook dans lequel il s’offusque du fait qu’il existe toujours une norme de 1918 obligeant la distribution de lait gratuite pour les travailleurs exerçant dans des postes aux conditions de travail nocives

► 40 000 agriculteurs bloquent les rues de Berlin

C’est une semaine de négociations difficile qui s’achève pour l’Allemagne. En effet, plus de 40 000 agriculteurs venus de toute l’Allemagne sont descendus dans les rues de Berlin mardi dernier. Ce sont ainsi 8600 tracteurs qui ont défilés, dans un cortège de dix kilomètres de long. Ces agriculteurs s’opposent fermement au durcissement des exigences environnementales et à la baisse des prix de vente, puisque ces deux éléments ont pour conséquence directe la baisse de leur revenu. Benjamin Meise explique ainsi que « Cette manifestation signifie surtout que la coupe est pleine. Nous devons nous adapter sans cesse à de nouvelles contraintes, mais l’argent ne suit pas ».

► Quand Bashar al-Assad accuse la France d’occupation

Dans un entretien à Paris Match publié ce jeudi 28 novembre, le président syrien explique, « regardons les choses dans leur contexte général. Lorsque les forces françaises viennent en Syrie sans y être invitées par le gouvernement légitime, c’est de l’occupation. Il n’y a pas une grande différence entre le soutien au terrorisme et le déploiement de forces militaires dans le but d’occuper un pays ». Il enchaîne « Vous pensez franchement que nous pouvons envoyer des forces syriennes en France combattre le terrorisme en France sans y être invités par le Gouvernement français ? » A méditer…

► La Russie menacée d’exclusion de toutes compétitions sportives internationales pendant quatre ans

L’Agence mondiale antidopage se réunira à Paris le 9 décembre 2019, pour décider de l’avenir du sport russe qui risquerait l’exclusion de toute compétition internationale pour les quatre années à venir. L’agence internationale suspecte la Russie d’avoir falsifié des données sur le dopage de ses sportifs. Le Kremlin a assuré être « prêt à coopérer pleinement, mais craint une manœuvre politique ». Pour la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova « Il s’agit d’une politisation de cette question pour exclure la Russie », elle dénonce un complot auquel participe « le secteur mondial de l’information ».

► La bonne nouvelle du jour est au kiosque ! 

Et si tout basculait en 2022 ? C’est la question que se pose la rédaction de nos confrères d’Éléments, dont le nouveau numéro vient de sortir.

Le vaste processus de recomposition enclenché par la dernière présidentielle est loin d’avoir produit tous ses effets. En 2017, les populistes se présentaient en rangs dispersés face à un bloc élitaire cohérent incarné par Macron. En 2022, il en ira différemment. La dynamique du macronisme a ouvert un cycle de violences sociales qui pousse le bloc populiste à s’unifier autour de sa composante majoritaire, le Rassemblement national. 

Un élément qui promet d’être passionnant. N’hésitez pas, abonnez-vous !