RADIO COURTOISIE

BULLETIN DE REINFORMATION DU 8 NOVEMBRE 2019

Rédigé le 08/11/2019
Carl Hubert

Bulletin proposé par Erika Gauthier, Aliénor Lagardère, Philippe Idès et Pierre Godicheau, avec la contribution de François Persurier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

Éphéméride


► Le 8 novembre 397 s’éteignit à Candes sur les bords de Loire, en Gaule, Saint Martin de Tours.

Il fut l’un des principaux saints de la chrétienté et le plus célèbre évêque de Tours avec Grégoire de Tours. Il était né dans l’actuelle Hongrie, aux frontières de l’empire romain où son père était en garnison. Conformément à la loi romaine qui obligeait les fils de soldats à s’enrôler dans l’armée, il devient soldat à 15 ans. Muté en Gaule dans la garde impériale à cheval, c’est à Amiens qu’il rencontre le déshérité transi de froid avec qui il partage son manteau. Devenu chrétien, il quitte l’armée pour rejoindre saint Hilaire à Poitiers et fonder le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou. C’est là qu’il sera enlevé par les habitants de Tours qui en feront leur évêque. Apôtre de la Gaule, l’œuvre de saint Martin est avant tout le remplacement christianisme de l’idolâtrie régnant dans les campagnes gauloises avant de devenir la France. Il introduisit le monachisme en Gaule autour de la Loire, mais son culte se répandit partout en Europe occidentale jusqu’en l’Italie. Il devient alors le patron des dynasties mérovingiennes et carolingiennes et il semble qu’une étape importante de la conversion de Clovis a été, avant Tolbiac et l’illumination finale, sa visite au tombeau de Martin de Tours. Saint Martin est le premier saint à être vénéré sans avoir subi le martyre.

GRANDS TITRES


► Un repenti de la théorie du genre avoue avoir tout fabriqué

Christopher Dummitt, professeur assistant d’histoire culturelle à l’université Trent au Canada fut l’une des références mondiales majeures en matière de « genre ». Il avait coutume de professer que « pratiquement toutes les identités ne sont qu’une construction sociale et que l’identité n’est qu’une question de pouvoir ».

Soudain, animé de louables scrupules, le professeur Dummitt vient de faire son mea culpa dans une confession publiée par le magazine en ligne australien Quillette. Il y avoue n’avoir propagé ses théories en matière de théorie du genre, que pour se conformer au politiquement correct ! Il reconnaît que son raisonnement n’a jamais reposé sur le moindre fondement scientifique confessant, « J’ai honte, j’ai tout inventé de A à Z ».

Et de poursuivre plus loin : « mes recherches ne prouvaient rien, ni dans un sens ni dans l’autre. Je partais du principe que le genre était une construction sociale et je brodais toute mon argumentation sur cette base. ».

Puis il conclut par un appel indiquant que « tant que la validation par les pairs ne sera que le dépistage d’un entre-soi, idéologique il nous faudra n’accepter qu’avec énormément de prudence toute « expertise » portant sur la construction sociale du sexe et du genre ».

Si un tel mea culpa est tout à fait bienvenu, on ne peut que constater que le mal est fait. Saluons tout de même l’honnêteté de ce chercheur qui tranche avec le conformisme idéologique et le manque de rigueur scientifique observés par la plupart de ses collègues. On regrettera aussi qu’une telle autocritique n’ait pas été imitée dans les milieux universitaires français, et que ses conclusions ne soient pas parvenues aux oreilles des responsables de notre Éducation nationale !

► Le gouvernement annonce la mise en place de quotas pour l’immigration économique

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi, Edouard Philippe a annoncé une série de mesures destinées à, selon ses termes « reprendre le contrôle de la politique migratoire ». Or la principale d’entre elle consiste en l’instauration de quotas d’immigrés économiques, à définir chaque année par les parlementaires selon les besoins des secteurs d’activité demandeurs de main d’œuvre.

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, qui estimait nécessaire de simplifier les procédures d’embauche des étrangers pour les adapter aux besoins des entreprises françaises, réagit favorablement à cette mesure estimant sur RMC que « Ce n’est pas parce qu’il y a 3 millions de chômeurs que les entreprises arrivent à recruter dans tous les domaines ».

Cette mesure est toutefois loin de faire l’unanimité dans la classe politique qui y voit au mieux, tel le mouvement AGIR proche d’Emmanuel Macron, « une reprise en main de la politique migratoire sans rien céder aux populismes ». Le PCF par la voix de Fabien Roussel, son secrétaire général, dénonce pour sa part, « Un cadeau idéologique fait à l’extrême droite …». Tandis qu’Eric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes évoque, « des mesures gouvernementales sans ambition qui au final vont faire augmenter l’immigration ».

Marine Le Pen dénonce quant à elle un projet piloté par le Medef en diffusant sur Twitter un document émanant du mouvement patronal réclamant une « nouvelle immigration ». Enfin Nicolas Bay, député européen du Rassemblement national, fustige cette mesure en tweetant que « Seuls 10% des immigrés qui arrivent sur notre sol viennent pour travailler. Instaurer des quotas d’immigration sur les travailleurs revient à ne pas restreindre les 90% restants. Encore une escroquerie totale du gouvernement ».

BRÈVES DE FRANCE


► La privatisation de la Française des Jeux débute

Ce jeudi la première phase de privatisation de l’héritière de la Loterie nationale française a démarré par le lancement de la souscription permettant de réserver des actions. La plus grande partie du capital sera à terme privatisée, l’État n’en conservant qu’un cinquième. Le ministre de l’Économie a fait miroiter de nouvelles perspectives de développement pour la FDJ. Néanmoins l’opposition critique la vente de l’une des rares entreprises publiques rapportant de l’argent à l’État, près de 100 millions par an actuellement. La bonne santé de cette industrie génère également plus de 3 milliards d’euros par an d’impôts versés par la FDJ. La perte de contrôle de ce quasi monopole paraît donc risquée à moyen terme. Mais à court terme, ce sont près de 2 milliards d’euros qui vont affluer dans les caisses de l’État, qui se contente manifestement de cette rentrée d’argent éphémère.

► Un employé radicalisé surveillait les cellules du tribunal de grande instance de Paris.

Un mois après l’attentat commis au sein de la préfecture de police à la suite duquel Emmanuel Macron avait lancé à la nation un appel à la vigilance contre le terrorisme islamiste et avait promis de mener un « combat sans relâche » contre « l’hydre islamiste », il s’avère qu’un surveillant radicalisé officiait depuis quelques mois au dépôt du Palais de justice de Paris. L’homme radicalisé gardait les cellules accueillant les détenus avant leur jugement devant le tribunal. Le Parquet a demandé son exfiltration immédiate. En effet, on rapporte que suite à cette découverte, il aurait été discrètement muté dans des services administratifs sans lien direct avec des personnes détenues. Ajoutons que l’individu avait déjà fait l’objet d’une surveillance de la part du renseignement pénitentiaire, ce qui n’aura pas empêché sa nomination a un tel poste.

► La phrase du jour

Elle est de Jean-Baptiste Djebbari secrétaire d’Etat aux transports qui déclare au Grand Jury RTL :

Une France gauloise, blanche, hétérosexuelle … , c’est une France qui n’a jamais existé dans l’histoire !

Puis il ajoute :

Ça me paraît être totalement l’inverse de notre projet.

Ce discours très Orwellien est révélateur du dessein des mondialistes d’inverser toutes les valeurs et devrait permettre à son auteur d’être promu au ministère de la Vérité

► Le chiffre du jour est 318 106

C’est le nombre d’étrangers résidant irrégulièrement sur le sol français depuis plus de trois mois pouvant bénéficier de l’aide médicale d’État (AME) et être soignés gratuitement. Le coût de cette mesure fut de 904 millions d’euros en 2018.

NOUVELLES DU MONDE


► L’administration Trump annonce son retrait des accords de Paris.

Celle-ci vient de signifier officiellement aux Nations unies son intention de se retirer des accords de Paris sur le climat.

Cette notification constitue le début d’un processus de sortie qui durera un an et qui trouvera sa conclusion au lendemain de l’élection présidentielle de novembre 2020. Rappelons que ces accords engageaient leurs 188 signataires à faire en sorte de maintenir l’élévation prédite des températures globales en dessous de 2°C.

La décision présidentielle de retrait a déjà entraîné des efforts considérables de la part de l’UE pour tenter de maintenir les accords à flot. Malgré ceux-ci, des pays comme la Turquie et la Russie, bien que signataires de l’accord, refusèrent de les ratifier.

La présente décision déclenche évidemment un concert de protestations émanant aussi bien du Parti démocrate à la recherche d’un cheval de bataille pour mobiliser ses partisans en vue des prochaines élections, que du président Macron qui entend signer prochainement avec Xi Jinping une déclaration commune affirmant l’intangibilité des accords de Paris.

► Deux ex-employés de Twitter inculpés aux États-Unis d’espionnage au profit de l’Arabie saoudite.

Deux anciens employés du réseau social Twitter, Ali Alzabarah, saoudien, et Ahmad Abouammo, américain, ont été inculpés mercredi, par la justice américaine, pour avoir profité de leur poste pour espionner des opposants au régime saoudien. Plus de 6 000 comptes seraient concernés.

► La Suède victime d’une guerre des gangs

Souvent vanté pour son modèle économique et social, ce pays scandinave voit sa situation sécuritaire se détériorer d’années en années à la « défaveur » d’une immigration massive. En effet, au cours des six premiers mois de l’année 2018, presque une fusillade sur deux a eu lieu dans des « no go zones », des quartiers dits sensibles à forte densité d’immigrés. Ces territoires abritent une population d’origine essentiellement non-européenne. 2019 pourrait être une nouvelle année noire. Malgré ces chiffres accablants, le Gouvernement suédois ne semble pas prendre le problème à bras le corps et se cache derrière un très faible durcissement des peines de prison estimant que la situation n’était pas différente par le passé.

► La bonne nouvelle du jour est médicale

Les progrès de l’immunothérapie pour traiter certains cancers ne bénéficient qu’à une minorité de patients. Un moyen pour en élargir le nombre est d’augmenter l’immunogénicité des tumeurs résistantes. L’infection par certains virus peut réaliser cet objectif mais leur fabrication et leur utilisation présente des risques importants. Un groupe de chercheurs français basés à Lyon et à Paris vient de montrer que des virus inactivés utilisés comme vaccins contre les gastro-entérites restent capables de renforcer les effets bénéfiques de l’immunothérapie sans présenter les risques inhérents aux virus entiers. Ceci devrait accélérer leur introduction dans l’arsenal thérapeutique.

► Notre annonce du jour

L’association libérale et sociale (ALS) et Café Libertés invitent Jean-Baptiste Léon, de Contribuables associés, à échanger sur le thème « Les principaux gaspillages d’argent public en France », lundi 2 décembre, à 19h30 au Café du Pont-Neuf, 14, quai du Louvre, Paris 1er, métro Pont-Neuf ou Louvre – Rivoli